C.G. JUNG

Rêve, Alchimie, Homéopathie, Poésie

Amours alchimiques

Attente de la veuve

Gonflée de larmes

Elle va souvent sur la grève

Elle regarde les flots grisâtres

Et quand la vague se dilate

Elle attend encore et encore

Que la mer délivre le corps

De son amour pas vraiment mort.

Et la vague déferle et avance

Vide

Pour mourir sur le sable

Changée en tache humide.

On lui dit, vous le portez dans votre cœur. Elle dit, mais où est son corps chaud, où est celle qui se tenait nue, les cheveux épars, devant lui tendu par le désir.

Où est le souffle brûlant sur la nuque, où sont les bras où sont les chuchotements, les enveloppements, les emboîtements, ce que nous n’avons pas fait, ce que nous n’avons pas dit.

Dans la profondeurs des étoffes

Où elle enfouit sa solitude

Monte une odeur de bois pourri

Une noire alchimie

Au cœur des intimes ténèbres.

 

Permanence de l’instant

Mon amour,

ma fleur d’or,

il fut un temps où tu enroulais mon corps dans les volutes de ton désir.

Il fut un temps où nos esprits partageaient le même vase sur l’athanor.

Quand le corps t’a trahi l’esprit est demeuré

brillant de force et de lumière

et maintenant

que le vase se vide doucement,

et maintenant

que je marche près de toi

sur le chemin d’acceptation

d’une spirale qui se défait

et devient lentement

ligne droite

mon amour s’élargit à l’infini

jusqu’aux limites de la vie

et chaque instant devient

goutte essentielle.

Poésies d’Ariaga (Ariane Callot)

Alchimie, Å“uvre au noir | Alchimie, matière première | Alchimique conjonction | Alchimie de l’ici et maintenant | Alchimie de la nature | Alchimie divine | Amours alchimiques | En écho à C.G. Jung | Regards | Rêves et visions alchimiques | Musiques