C.G. JUNG

Rêve, Alchimie, Homéopathie, Poésie

Les rayons de signification des rĂŞves

InspirĂ© de C.G. Jung, prĂ©sentation des faisceaux de diffusion, dans les sĂ©ries de rĂŞves, Ă  partir du Noyau central de signification qui est ici l’AMOUR.

DĂ©termination des huit rayons de signification des rĂŞves

Notre démarche est la suivante :

Nous avons commencĂ© par dĂ©terminer deux premières lignes de force, dans le prolongement l’une de l’autre, et les avons numĂ©rotĂ©es 1 et 2, Ă  partir d’un centre de diffusion sans limites qui est l’AMOUR. Il s’agit d’un centre inconnaissable Ă  l’arrière plan de notre monde d’oĂą tout part, mais aussi, comme le dit Jung, oĂą tout revient car :

“(…) tout comme l’inconscient agit sur nous, l’accroissement de notre conscience a, de mĂŞme, une action en retour sur l’inconscient.” (Ma vie,p. 370)

 

La première, concerne l’expression de la Nature et le niveau le plus profond du discours du rêve.

 

La seconde, la possibilité d’accession à la conscience de cette expression de la Nature grâce au langage et au symbole vivant, qui sont les intermédiaires indispensables à l’émergence de la symbolique alchimique souterraine.

 

Sur les deux rayons 3 et 4, nous montrons, ensuite, comment l’un des rayons projette, en direction de la conscience, des éléments en relation avec l’Œuvre de la Nature : grossesse, naissance, mort, le tout souvent RE-présenté d’une manière comparable à celle du processus alchimique, tandis que l’autre rayon diffuse les matériaux nécessaires à l’édification des formes satisfaisantes.

 

Sur les rayons 5 et 6, l’amour pulse vers deux directions opposĂ©es mais Ă©troitement interconnectĂ©es. Il s’agit du rayon de la coopĂ©ration amoureuse et de ses corrĂ©latifs la co- existence et la Joie. L’autre rayon est un prolongement du premier. Il concerne l’idĂ©e de Dieu liĂ©e Ă  la reprĂ©sentation de personnages divins, ainsi qu’à celle du Soi.

 

 Sur les rayons 7 et 8, se trouvent figurées les deux sortes de manifestations les plus visibles et les plus fortes du monde onirique.  Sans ces manifestations le processus d’évolution psychique ne pourrait aboutir car les rayons diffuseraient à l’infini vers la conscience, sans espoir de retour. Il s’agit :

  • d’un cĂ´tĂ© du maintien de l’identitĂ© et de l’organisation du Moi,
  • de l’autre de l’émergence, de plus en plus nette, de symboles et de lignes thĂ©matiques telles que la recherche de la symĂ©trie, ou la musique.

 

L’ensemble des lignes diffracte vers un moment privilégié d’harmonisation de la psyché, ce que Jung appelle un mandala, moment dont la venue est impulsée par l’action de la fonction transcendante. Notons que cette action est favorisée par la relation triangulaire entre l’inconscient, le conscient de la Rêveuse, et l’analyste.

 

* * * * *

Le schéma de C.G. Jung

Nous avons eu pour point de dĂ©part le schĂ©ma très simple de Jung, dĂ©jĂ  publiĂ© sur une de nos pages, que l’on trouve dans son ouvrage  : Sur l’interprĂ©tation des rĂŞves (p.23). Il  reprĂ©sente le noyau central de signification et ses rayons.

Nous avons construit notre propre schĂ©ma, inspirĂ© par l’Ă©tude des deux sĂ©ries de rĂŞves, et proposĂ©, entre autres possibles, huit axes principaux d’émergence vers la conscience des productions de l’inconscient.

Le mouvement des axes est à la fois centrifuge et centripète et ils sont tous interconnectés. La logique consciente nous objecterait certainement que ces rayons ne sont pas de même nature et ne sont pas pensables sur le même plan. Mais le discours originel de l’inconscient, comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises, n’a que faire des concepts de temporalité ou de causalité.

La notion de niveau est Ă©trangère Ă  l’inconscient et, pour rendre compte de son discours, Ă©trange parce qu’étranger, nous devons nous adapter Ă  son langage.

La diffusion des rayons a évidemment commencé dès les premiers songes de la Rêveuse. Cependant, la participation active de la conscience au cours de la seconde partie de la série en permet une meilleure visibilité. De plus, la présence des rêves d’aboutissement finaux donne des indications permettant de remonter vers les éléments ayant contribué à l’édification de ces derniers rêves.

La suite du travail va prendre appui à la fois sur la seconde partie de la série de la rêveuse, sans oublier des comparaisons avec le Rêveur de Jung, et sur notre schéma directeur.

Page précédente  | Page suivante

PubliĂ© initialement dans le cadre d’une thèse cette page a Ă©tĂ© adaptĂ©e par Ariaga (Ariane Callot), son auteure.
Les ouvrages cités sont référencés à la page bibliographie.