C.G. JUNG

Rêve, Alchimie, Homéopathie, Poésie

L’histoire du couple

Avant l’union possible de l’homme et de la femme voici une description des mauvaises relations entre les deux sexes.

Homme et cochon

La RĂŞveuse et son mari

Dès le RĂŞve 1, oĂą la RĂŞveuse est montrĂ©e accompagnĂ©e de son mari se prĂ©sente la possibilitĂ© de la formation d’un couple. Ce serai la rĂ©ussite de l’union  du masculin et du fĂ©minin. En effet, mĂŞme si c’est une prĂ©sence discrète, la RĂŞveuse nous est montrĂ©e accompagnĂ©e de son mari.  Ce mari, semblable en cela Ă  d’autres personnages importants pour le dĂ©roulement du rĂ©cit, a toujours Ă©tĂ© lĂ .

RĂŞve no 1 : l'afficher

MĂŞme si on le remarque peu, le mari se trouve souvent aux cĂ´tĂ©s de la RĂŞveuse pendant les rĂŞves du dĂ©but. Il n’agit pas vĂ©ritablement dans les scènes jusqu’au rĂŞve 45.  Ensemble, ils rĂ©ussissent un test de sĂ©lection et vont pouvoir ĂŞtre envoyĂ©s en mission. On peut imaginer que cette mission est justement la rĂ©ussite de la conjonction au sens que Jung donne Ă  ce terme. Il va ensuite l’accompagner, au cours de songes parfois très symboliques, jusqu’au rĂŞve 151 oĂą il a un rĂ´le très actif.

Ce mari faisait déjà partie de la vie consciente de la Rêveuse.  Cependant, les problèmes rencontrés pour accepter l’idée du mariage charnel de l’homme et de la femme avaient des origines inconscientes. Ils devaient trouver leur solution à ce niveau avant d’être regardés et compris par le Moi conscient.

 MĂŞme si le traumatisme sexuel subi pendant son adolescence a induit chez la RĂŞveuse une mauvaise image de l’homme, les racines de ce point de vue Ă©taient beaucoup plus profondes.Elles se sont dĂ©veloppĂ©es dans le terreau de l’état d’infĂ©rioritĂ© oĂą le monde masculin a maintenu les femmes depuis des millĂ©naires. L’origine se trouve aussi dans un inconscient familial considĂ©rant l’homme comme un ennemi.

Pour que cette image nĂ©gative de l’homme Ă©volue, une vĂ©ritable mutation psychique Ă©tait nĂ©cessaire. Elle ne parviendra Ă  des aboutissements que tout Ă  la fin de la sĂ©rie.

L’homme cochon et la femme infĂ©rieure

Un rĂŞve de la première partie, le rĂŞve 15 donne une juste idĂ©e de ce que l’inconscient personnel, et sĂ»rement aussi l’inconscient familial de la RĂŞveuse,  pensent de l’individu masculin. Il s’agit, dans ce rĂŞve, d’un homme qui a quelque chose Ă  cacher.  Ce qu’il cache est un cochon dont il veut dissimuler le bruit. Comme il a peur des soldats qui fouillent dans sa maison il dit que ce ne sont que des servantes.

RĂŞve no 15 : l'afficher

Nous avons ici, rĂ©sumĂ© par ce rĂŞve, toute l’histoire des mauvaises relations entre les deux sexes. La femme pense : qu’en chaque homme se dissimule un cochon. L’homme pense : les femmes sont infĂ©rieures, ce ne sont que des servantes. Nous avons dĂ©jĂ  vu, dans la sĂ©rie du RĂŞveur, combien l’image de la fĂ©minitĂ© Ă©tait difficile Ă  accepter. L’obstacle est le mĂŞme pour la RĂŞveuse,quand il s’agit de sa relation avec l’homme.

Dès le début et tout au long de la série, le chemin vers les deux rêves d’aboutissement est assez bien tracé. On voit des couples, dans l’ombre, ou au chevet du chat malade, qui sont déjà là comme tous les éléments des dénouements.

Dès le RĂŞve 9, oĂą règne une grande tension, un couple annonce que le train va bientĂ´t partir. La RĂŞveuse, encombrĂ©e par tout ce qui est amassĂ© dans ses placards , est incapable de faire ses bagages. L’heure tourne et le train sera ratĂ©.  Le processus est bloquĂ©. Notons la prĂ©sence du mari.

RĂŞve no 9 : l'afficher

On observe une menace de disjonction définitive. Elle se produit entre des duos, homme femme, père fille , mère fils, qui apparaissent sporadiquement.

Cette possibilité  est clairement montrĂ©e Ă  la RĂŞveuse au cours du RĂŞve 29.   Elle entend une discussion entre une jeune femme et son compagnon. La signification de ce rĂŞve est que, si les choses continuent ainsi, elle sera dans le ternaire, associĂ© symboliquement au masculin, et lui dans le quaternaire fĂ©minin.  Le  processus de diffĂ©renciation ne se fera pas. N’ayant pas acceptĂ© leur propre sexe, l’homme et la femme  seront dans l’impossibilitĂ© de se rejoindre pour effectuer la conjonction.

RĂŞve no 29 : l'afficher

L’union possible de l’homme et de la femme

Le  processus onirique concerne surtout, Ă  cette pĂ©riode, le rĂ©Ă©quilibrage de la relation  de la RĂŞveuse avec sa fĂ©minitĂ©. Un changement intervient seulement  au rĂŞve 86. Ce rĂŞve fait suite  au rĂŞve 85 oĂą le femme dit qu’il faut qu’elle revienne chez elle, c’est Ă  dire qu’elle rĂ©intègre la dimension de sa fĂ©minitĂ©. L’inconscient peut Ă  nouveau montrer l’axe autour duquel s’organise l’histoire : l’union de l’homme et de la femme.

RĂŞve no 85 : l'afficher

RĂŞve no 86 : l'afficher

On voit un couple dont tout le monde dit : ils ont l’air ensemble. Tout le monde dit  signifie qu’il s’est opéré un renversement dans l’inconscient. Les composantes de cet inconscient,  c’est-à-dire tout le monde dans le rêve, acceptent que le mouvement de la conjonction puisse s’enclencher.

On pourrait alors croire à une réalisation de la conjonction, au rêve 105 où la Rêveuse éprouve une impression d’harmonie inoubliable  au cours d’une relation sexuelle. Il se  produit une fusion complète, et la barrière disparait entre ce qui relève du féminin et du masculin. Mais il ne s’agit là que d’un rêve programme, car on voit, tout de suite après, le même homme revenir avec une autre femme.

RĂŞve no 105 : l'afficher

Il se produit, à ce stade, une résistance de certaines forces de la psyché, en particulier de l’ombre maternelle.  Pour que l’union puisse se réaliser, il faudrait que cette autre femme, associée à l’animus violent et pleurnicheur du rêve 121 déjà évoqué, ne revienne plus. Ce n’est pas encore le cas.

RĂŞve no 121 : l'afficher

Les obstacles vont disparaître ou diminuer. Au rêve 123, on assiste à une scène où un couple traverse péniblement un lac sur un fil tendu entre les deux rives. Leur réussite est ardemment souhaitée par la Rêveuse. Cela illustre bien à la fois le parcours chaotique et difficile qui a précédé et le fait que la possibilité de l’union est maintenant bien établie.

RĂŞve no 123 : l'afficher

Remarquons que la Rêveuse, pendant toutes ces visions de couples ou évocations de mariage, a surtout, sauf quand elle est avec son mari, un rôle d’observatrice.  Une exception, le rêve 108 où le couple des voisins leur tombe dessus !

La Rêveuse  est spectateur au moment où  le couple traverse sur le fil tendu entre les deux rives. Un autre exemple caractéristique de ce rôle de spectateur au rêve 126 où elle observe une mariée  et ensuite deux couples. Ce rêve représente certainement, déjà, un grand progrès pour l’inconscient, puisque la Grande Voix dit avec force :“Bravo ! vous y êtes arrivée“.

RĂŞve no 126 : l'afficher

On  demeure  encore au niveau d’une histoire, d’un roman onirique, oĂą on ignore si ces couples sont prĂŞts Ă  se lancer dans toute la plĂ©nitude d’une coopĂ©ration amoureuse. Pour qu’une relation de cette qualitĂ© soit envisageable il faudrait d’abord avoir rĂ©solu le problème de l’homme cochon.

Page précédente | Page suivante | Rêves de la rêveuse